RUSSIE et pays de l'ex-Union Soviétique

Retour Voyages
en construction

J'ai regroupé les souvenirs de voyage dans les pays faisant partie de l'ex-URSS, car j'ai visité ces pays alors qu'ils faisaient partie de la même entité politique et douanière, même si les différences de langue et de civilisation étaient patentes dès cette époque.

Mon premier voyage fut un voyage d'affaires effectué à l'automne 1970, à l'époque Brejnévienne, en vue de participer à un congrès technique sur le logiciel qui s'était tenu à Tallin, la capitale de l'Estonie. Ce congrès était ouvert à des informaticiens occidentaux, mais toute exportation de documentation soviétique était prohibée. Réciproquement, je ne dis pas un mot des projets sur lequel je travaillais à l'époque  et me contentai de décrire le système de base de données IDS, que Bull vendait à l'époque en URSS. Ce voyage fut très instructif parce que j'ai été amené à passer une semaine sans support local en devant découvrir par moi-même la vie des étrangers en Union Soviétique. Je visitai rapidement Moscou à l'aller et Sankt Petersburg (pardon, c'était bien Leningrad) au retour.

Le second voyage d'affaires se tint à Moscou en fin 1973 auprès du Comité d'État pour la Science et la Technique pour envisager la fabrication sous licence de produits Honeywell-Bull en Union Soviétique. Ce fut encore une partie de chat et de souris, nos interlocuteurs désirant acquérir le maximum de renseignements sur la technologie et étaient bien plus intéressés par le micropackaging que par l'architecture du Level 64. D'ailleurs nous sentîmes bien que la CII avançait ses pions en concurrence avec H-B. Au cours de ce séjour de trois jours, nous pûmes visiter un peu plus longuement un Moscou d'hiver alternant neige fondante et froid sec.

Après ces voyages professionnels, les autres séjours furent des voyages en groupe touristiques.

Le premier en juillet 1988 nous amena à visiter les républiques transcaucasiennes et l'Uzbékistan. Le premier pays visité fut la Géorgie. Nous prîmes l'avion Vnukovo-Tbilissi en Tu-154 au chargement assez folklorique: des popes grecs représentaient la part étrangère avec notre groupe de Kuoni, tandis que les Géorgiens revenaient avec des emplettes diverses de leur commerce de fleurs ou de légumes: notre voisin avait sur les genoux une gigantesque cage à oiseaux. Ce séjour qui fut allongé par la suppression de l'escale à Erevan, la RSFR d'Arménie étant pratiquement en guerre contre l'Azerbaidjan à propos du Nagorno-Karabakh. La Géorgie était calme alors, relativement prospère; les Géorgiennes partaient en avion vendre fleurs ou fruits et revenaient avec des biens achetés au marché gris moscovite. Nous viistâmes Tbilissi, Mtskheta, la forteresse de Ananuri sur la route transcaucasienne de l' Ossétie du Sud, et Gori la ville natale de Joseph Djougatchili et le musée qui lui est consacré.
Nous partîmes ensuite en train pour l'Azerbaidjan où la ville de Bakou nous surprit par son caractère européen, tempéré par sa citadelle orientale. 
L'Uzbekistan possède évidemment les merveilles de Khiva , Bukhara, et Samarkand.

Le second en août 1991 nous amena en Mongolie mais nous permit de visiter Irkoutsk et le lac Baïkal à l'aller, Moscou et Zagorsk au retour. C'est dans la nuit qui suivit notre retour à Paris que survint le putsch militaire contre Michail Gorbatchev.

J'ai eu plusieurs occasions de passer par l'aéroport de Sheremetevo en revenant du Japon et de suivre l'inflation du prix du caviar et l'évolution du contenu puis la disparition progressive des brochures de propagande distribuées à l'aéroport.