Commodore 64 (logiciel)

Retour Informatique

en construction

dernière mise à jour le 16 déc. 2003

 

J'ai acheté mon premier Commodore C64 à la FNAC en 1983, ainsi qu'une télévision avec prise Péritel. Cette première machine est tombée en panne au bout de quinze jours et a été échangée immédiatement par le SAV de la FNAC. A l'époque Commodore était distribué par Procep qui vendait surtout des micros professionnels et qui  a très mal suivi le succès du Vic 20 (le prédécesseur de C64) et le C-64. Ensuite, je me suis fourni chez un revendeur Run Informatique qui se procurait ailleurs en Europe les produits non disponibles en France (disquette 1541...). Procep ne distribuait que des produits américains surtout du logiciel en PROM et au prix fort.
J'ai dû acheter la plupart des extensions du Commodore à l'exception d'un disque dur beaucoup trop cher à l'époque. 

J'ai en particulier assez rapidement acheté un "émulateur Z-80", en réalité un co-processeur Z-80 à 3 MHz et une ROM spéciale permettant la connexion au port cartouches du C-54 et son support logiciel sur le 6510 du C-64, ce qui m'a permis de tourner un certain nombre de programmes CP/M à condition qu'ils soient disponibles en format diskette 64.

Les logiciels sont d'origine américaine, britannique, suédoise et un peu française (Micro-Application).

On trouvera une chronologie des produits sous Commodore 64 dans une suite de pages de Ken Pollson. et une description assez exhaustive du système dans le link

Système d'exploitation

Le système d'exploitation -et l'interpréteur BASIC- du C64 est inclus dans les ROM du processeur et du (ou des) contrôleur(s) de disquettes. En pratique chaque programme  incorpore les fonctionnalités que souhaite son programmeur, y compris des by-pass du système d'exploitation de base, soit pour renforcer le système anti-pirate, soit pour accélérer les performances des transferts disques en utilisant les asservisements du bus série en parallèle pour un transfert bloc des données !

En 1986, la société Berkeley Softworks a proposé sur C64 (et sur Apple II et plus tard sur PC sous le nom "Ensemble") une imitation fonctionnelle du Macintosh. J'ai été amusé de disposer sur GEOS 1.0 en octobre 1986 d'une interface graphique et d'un équivalent de Office (avec un traitement de texte, un tableur -GeoCalc-, un Paint, un Draw...) 
Cependant, l'opérabilité était infernale à cause des multiples changements de diskette nécessaires, en particulier, à cause du système anti-pirates qui requérait de remettre le disque système sous différents prétextes. La capacité de mémoire (64Ko) et le manque de disque dur sur ma configuration ont fait de cet OS une impasse.
Link à l'histoire de GEOS.

CP/M 2.2

Bureautique

Paper Clip II
Ce programme de traitement de texte a été mon instrument de travail pendant les trois ans qu'a duré le projet Aquila. Il me servait à mettre à jour chaque semaine (souvent le week-end) le plan projet.

Easy-Script
Ce traitement de texte fourni par Commodore sur cartouche ROM permettait d'entrer des textes de largeur varaiable (et non limitée par la ligne sur l'écran limité en mode texte à 40 caractères). Easy Script était accompagné d'un dictionaire anglais EasySpell sur disquette.

MagicDesk
Ce programme sur cartouche ROM  voulait être un intégré multi-fenêtre avec une database et un traitement de texte. En réalité, il ne faisait pas mieux que les fonctions de base de Adibou aujourd'hui sur PC.

Bases de Données

Superbase
Superbase de Precision Software était un système de gestion de fichiers programmable en BASIC et qui a été étendu rapidement au support de BLOBs (images référencées dans la base et affichées dans des vues. J'ai porté ainsi mon carnet d'adresse sur Commodore en utilisant Superbase.

Langages

On peut être surpris aujourd'hui de la variété des langages de programmation disponibles sur C64. Il faut se rappeler que les programmes étaient largement compatibles -à l'exception des entrées-sorties avec l'Apple II- et que le C64 était aussi répandu que celui-ci. D'autre part, un possesseur de micro-ordinateur au début des années 1980 se croyait un programmeur et la connaissance des langages était réputée indispensable. Lotus et Word auront bientôt changé la face de ce monde. Pour une liste presque exhaustive, voir cette page.

Applications

Flexidraw
avec light pen

Covox
Le programme Voice Master associé à un enregistreur de son permettait au Commodore d'enregistrer et de parler. J'ai codé en BASIC une démo qui interpellait le visiteur, lui demandait son nom et lui répétait et lui demandait comment cela allait et lui répondait "j'en suis bien contemps" ou "Quelle dommage" suivant la réponse. C'était en 1985. 

Eliza

FlightSimulator II
Le Flight Simulator sur C64 (comme sur Apple II) était directement diffusé par son créateur Bruce Artwick de Sublogic et non par Microsoft qui n'en était que le distributeur sur PC.

Jeux